Près de 50% des voitures neuves sont acquises par le biais d’un crédit automobile. Pour tirer parti au maximum de cette offre d’emprunt, il est recommandé de négocier au mieux le contrat. Cela aidera entre autres à réduire le taux d’intérêt et accéder à des conditions plus avantageuses comme une suppression des pénalités de remboursement anticipé, l’absence de frais de dossier ou autres faveurs.

Faire jouer la concurrence

S’il y a une chose que les banques supportent mal, c’est l’idée de perdre un client, d’où l’intérêt de mise en concurrence entre les différents organismes bancaires. Cette technique a longtemps porté ses fruits dans l’optique d’obtenir un bon taux pour un crédit auto. La démarche consiste d’abord par lancer des demandes de devis afin de recevoir les offres issues de différents établissements. Une comparaison s’impose ensuite. Prenez en considération non seulement le TAEG, mais aussi le taux d’assurance emprunteur ainsi que les frais de timbres. Si vous tombez sur des propositions plus intéressantes que d’autres, faites le savoir à votre banque actuelle en lui soumettant ces chiffrages financiers et en lui demandant d’améliorer son offre ou du moins, de s’aligner avec celles que vous avez reçues. Comme elle voudra vous garder à tout prix comme client, elle fera certainement un effort. Si ce n’est pas le cas, allez voir ailleurs.

Présenter un apport personnel

En matière de crédit auto, le financement accordé par la banque est à hauteur de 100%. Présenter un apport personnel n’est pas un prérequis à l’accession au prêt, à l’inverse de ce qui se fait dans le domaine du crédit immobilier. Toutefois, si vous avez une épargne suffisante, fournir une contribution financière représentant 10 à 20% du coût total de l’emprunt jouera en votre faveur. L’apport vous permettra mécaniquement d’obtenir des baisses intéressantes sur le taux d’intérêt et en conséquence, de diminuer la durée de remboursement. Bien évidemment, il est possible de profiter de tarif compétitif même sans apport, mais si vous détenez une telle carte en main, n’hésitez pas à la jouer.

Réduire la durée du crédit

Un crédit auto se rembourse entre un et cinq ans. Réduire la durée de remboursement est une bonne manière d’accéder à des taux d’intérêt concurrentiels tout en diminuant le coût total de l’emprunt. Attention, tout le monde ne peut pas se permettre de souscrire à des prêts courts. Ce type de solution s’adresse aux personnes détenant un budget relativement important pour assumer sans contrainte le paiement des mensualités. En clair, déterminez d’abord raisonnablement votre capacité de remboursement avec votre conseiller. Un emprunt court signifie généralement que les mensualités seront élevées et si vous n’êtes pas en mesure de les prendre en charge, rallonger le délai deviendra inévitable.

Miser sur la relation client

Une autre démarche intéressante à exploiter est de mettre en avant la qualité de la relation établie avec la banque. Un argument en votre faveur est de rappeler votre fidélité au sein de l’établissement. Parlez des produits que vous détenez, de vos avoirs, de la maîtrise de votre trésorerie, etc. Il s’agit d’un très bon moyen pour pousser votre conseiller à vous présenter des offres plus attractives. En principe, les meilleurs clients profitent de certaines prérogatives compte tenu de leur statut.

Négocier l’assurance emprunteur

Un crédit auto peut être accompagné d’une assurance emprunteur, surtout si les montants en jeu sont élevés. Cette couverture a pour vocation de préserver des risques liés à une maladie invalidante ou à un décès. Elle n’est pas obligatoire, mais vivement recommandée, car elle protège non seulement l’emprunteur, mais aussi la banque. Pour réduire le coût global de l’emprunt, essayez de négocier cette assurance pour qu’elle soit la plus faible possible voire de demander à ce qu’elle soit supprimée.

Laisser un commentaire