Post - HP

Acheter une voiture à crédit ou en leasing et l'assurer

52 millions, tel est le nombre de voitures immatriculées en France. L’automobile individuelle reste le moyen de locomotion le plus privilégié pour des raisons de praticité et de confort. Son succès est dû entre autres aux nombreuses solutions de financement existant aujourd’hui pour son acquisition. Car en plus de l’éternel crédit auto, il est possible d’acquérir une voiture neuve par le biais du leasing. Lui souscrire une assurance auto adaptée s’impose comme la prochaine étape incontournable, car conduire une voiture sans être assuré est interdit par la loi.

Crédit auto : avantages et inconvénients

Le crédit auto représente une solution de financement historique pour acheter une voiture. Rares sont les particuliers ou entreprises ayant suffisamment de fonds pour payer cash leur auto. Emprunter auprès d’une banque devient alors indispensable. Régi par le code de la consommation, le crédit auto est généralement affecté c’est-à-dire que les fonds attribués doivent servir exclusivement à payer la voiture neuve ou d’occasion et à rien d’autres. L’automobiliste devient propriétaire et son nom est inscrit sur le certificat d’immatriculation.

Étant donné son statut, il a tous les droits sur l’automobile et peut la revendre quand bon lui semble, et cela, même s’il est encore tributaire du crédit. Néanmoins, il devra continuer à solder le montant dû auprès de la banque tous les mois en utilisant l’argent récolté de la revente. Un autre point fort du crédit auto porte sur sa transparence. Aucun coût caché. Tous les frais sont indiqués dans le TAEG. De plus, l’emprunteur n’est pas soumis aux pénalités de remboursement anticipé sauf si le montant remboursé sur 12 mois dépasse les 10 000 euros. Au négatif, le crédit auto implique des mensualités relativement élevées. En outre, en devenant propriétaire, l’automobiliste assume seul les divers frais d’usage du véhicule pour ne citer que l’entretien et l’assurance.

Pourquoi devriez-vous opter pour le leasing ?

Le leasing est une formule de location longue durée s’imposant comme une alternative intéressante pour les automobilistes qui ne veulent pas devenir propriétaires. À l’heure où la société actuelle est passée à l’économie d’usage, on comprend pourquoi cette solution de financement a le vent en poupe ces dernières années. Le leasing permet de louer le véhicule sur une période de un à cinq ans et en échange, l’automobiliste paie des loyers. À la fin du contrat, il a le choix entre acheter définitivement le véhicule pour en devenir propriétaire ou le restituer. Il peut également décider de repartir sur un nouveau contrat et prendre un autre modèle. Il s’agit là d’un des principaux intérêts du leasing puisqu’il permet de changer régulièrement de modèles.

De plus, les mensualités incluent les frais relatifs à plusieurs prestations complémentaires comme l’assistance, la réparation, l’entretien ou encore l’assurance auto. L’offre aide à mieux gérer les dépenses automobiles et à avoir une idée plus précise du budget nécessaire par mois. En revanche, l’usage du véhicule n’est pas libre, car il est limité à un kilométrage annuel à ne pas dépasser, sans quoi, de lourdes pénalités sont à verser. De plus, il est difficile, voire impossible, d’arrêter un leasing en cours de route sans payer d’indemnités élevées. Le locataire n’a pas la possibilité non plus de revendre le véhicule.

Quelle assurance auto choisir ?

Une fois la voiture acquise via un crédit auto ou un leasing, il est temps de réfléchir à la question de l’assurance auto. Celle-ci se choisit en fonction de différents paramètres, à commencer par le profil de l’automobiliste. Un jeune conducteur, un résilié ou un malussé ne bénéficie pas des mêmes traitements de faveur qu’un conducteur exemplaire. Ces profils à risques devront s’attendre à payer des cotisations plus élevées.

Le type de véhicule constitue un autre critère à considérer au moment de choisir une assurance. Le mode de stationnement, les trajets réalisés, l’utilisation du véhicule, sa marque, sa valeur et sa puissance influencent le coût de la prime.

Le conducteur devra également déterminer la bonne offre qui se décline en trois niveaux de protection : formule au tiers, formule intermédiaire et formules tous risques.