À l’heure où l’économie de l’usage bat son plein, la propriété n’est plus à la mode. Cette tendance se confirme avec l’essor de la location longue durée dans le domaine de l’automobile. Désormais, devenir locataire est un choix adopté par de nombreux automobilistes. En matière de leasing, ces derniers optent pour la LOA ou la LLD. Quelle différence entre les deux offres ? Quelle est la formule la plus économique ?

Leasing : une formule qui a le vent en poupe

À l’inverse de ce qu’on a tendance à croire, la location longue durée n’est pas un concept nouveau. Elle existe depuis les années 70 et a fait son apparition aux États-Unis. À ses débuts, elle était surtout l’apanage des entreprises qui ont vu en elle une alternative plus intéressante et économique à l’achat en propre de leurs véhicules. La location longue durée permet ainsi d’utiliser un bien sur une période de un à cinq ans en échange d’un paiement forfaitaire. Elle a le vent en poupe ces dernières années, car elle évite aux consommateurs de subir les diverses contraintes liées à la propriété. Parmi elles, on citera la revente du véhicule ou encore la dépréciation de celle-ci. Car à l’inverse d’un métal précieux ou d’un bien immobilier, une voiture perd de la valeur au fil du temps, à moins qu’il soit question d’un modèle de collection. Il est donc difficile, voire impossible, d’en tirer un prix supérieur au coût d’acquisition lors de la revente. Une autre particularité porte sur la possibilité offerte à l’automobiliste de changer fréquemment d’automobile. À la fin du contrat en effet, il peut restituer sa voiture puis prendre un modèle plus récent. De quoi se donner l’opportunité d’être au volant des véhicules de dernière génération.

LOA et LLD : quelle différence ?

Le leasing se décline en deux formules principales : la location avec option d’achat appelée aussi crédit-bail et la location longue durée.

La LOA possède un mode de fonctionnement similaire aux crédits à la consommation. Sa spécificité est de donner l’opportunité au conducteur de devenir propriétaire du véhicule loué à la fin du contrat en payant la valeur résiduelle déterminée dès la souscription. Toutefois, ce rachat n’est pas obligatoire. En outre, la LOA inclut habituellement un apport personnel représentant 15% du prix du véhicule.

Avec la LLD, l’apport personnel est rarement exigé. Un avantage notoire de ce type de contrat est qu’il intègre d’emblée les frais d’assistance, d’entretien, de pneumatiques, de contrôles techniques, de véhicules relais et même d’assurance. Par contre, au terme de l’engagement, le conducteur ne peut pas devenir propriétaire à moins d’avoir négocié auprès du loueur dès le départ. De plus, au moment de restituer le véhicule, il devra payer des pénalités en cas de dommages apparents sur celui-ci ou suite à un dépassement du forfait kilométrique.

Quel est le leasing le plus abordable financièrement ?

Si l’on ne tient compte que des mensualités, on peut dire que la LOA est la moins onéreuse par rapport à la LLD. Grâce au paiement de l’apport dès le départ, les loyers s’en trouvent réduits. Sans compter que l’absence des frais d’entretien et d’assistance permet aussi d’en faire baisser le coût.

Par contre, la LLD sera plus chère s’il l’on parle du coût final de l’opération, justement en raison de son caractère « all inclusive » comprenant les prestations de services. De plus, si l’automobiliste dépasse la limite kilométrique imposée par le loueur et qu’il rend la voiture dans un mauvais état, il devra s’acquitter de frais onéreux.

Le seul moyen de savoir laquelle de ces formules est financièrement intéressante est tout simplement de faire une simulation en ligne sur les sites spécialisés puis procéder à des comparaisons des offres.

Laisser un commentaire